Les Nouveaux commanditaires

Nya Uppdragsgivare
Nuovi Committenti
Nuevos Comanditarios
Taiteen Uudet Tukijat
De Nieuwe Opdrachtgevers
New Patrons
Die Neue Auftraggeber
Komanditario berriak

Out of control
Philippe Decrauzat

Commanditaires - Un groupe de responsables, enseignants et parents d’élèves du collège Vauban à Belfort en coopération avec les services du département du Territoire de Belfort
Mediateur - Xavier Douroux, Le Consortium
Soutien - Fondation de France ; Conseil Général du Territoire de Belfort
Collège Vauban, Belfort, Franche-Comté, France, 2011

La commande

Afin de rendre perceptible le croisement d’un axe artistique et d’un axe pédagogique au cœur du bâtiment, l’œuvre sera un ensemble de peintures murales situées dans l’entrée du collège et la cour intérieure du bâtiment. Elle réinventera le site, mettra en relation la médiathèque et la salle audio-visuelle et intègrera les œuvres déjà là (au titre du 1%. de la construction originelle).

L'œuvre

L'œuvre se déploie dans le patio et le hall en deux séquences distinctes cherchant à montrer la logique de construction du bâtiment et le rapport à renforcer entre intérieur / extérieur.

Pour ce qui est du patio, l'intervention (percée par les fenêtres
très présentes) suit un principe de superposition de calques de couleurs et l'activation d'une synthèse soustractive.

Sur les murs du hall, le travail agit par superposition additive.

L'ensemble met en jeu aléatoire un rapport "concret" à la couleur... voire même didactique, qui prend tout son sens dans le contexte du collège d'enseignement.

Philippe Decrauzat

Philippe Decrauzat est un artiste suisse, né en 1974. Il vit et travaille à Lausanne.

Fasciné par les formes optiques, Philippe Decrauzat s’intéresse de près au graphisme, au cinéma, à l’architecture, à la musique et à la littérature. Il ne procède pas par simple appropriation, mais préfère les références discrètes, entremêlées et indicielles; il choisit ses motifs et ses formes pour leurs qualités visuelles et spatiales. Dans un entretien, l’artiste précise ses liens avec ce type de vocabulaire: « Je suis intéressé par cette relation directe que l’art optique instaure avec le spectateur, par la façon dont il conditionne le regard. Cependant, contrairement aux artistes des années 1980, je ne cherche pas à développer un discours sur les enjeux idéologiques qui ont accompagné le développement historique de l’abstraction. Bien plus que le tributaire de l’art optique, je suis avant tout redevable de pratiques qui interrogent le statut de l’image, c’est-à-dire des outils mis en place par l’art conceptuel et le pop art ».

Hybride, l’œuvre de Philippe Decrauzat marie jeu optique et présence physique dure. Elle concentre des questions de temps, de glissements, de superpositions et repose essentiellement sur l’envie d’une improbable rencontre avec le spectateur.