Les Nouveaux commanditaires

Nya Uppdragsgivare
Nuovi Committenti
Nuevos Comanditarios
Taiteen Uudet Tukijat
De Nieuwe Opdrachtgevers
New Patrons
Die Neue Auftraggeber
Komanditario berriak

Yan Pei-Ming – Portraits

Commanditaires - L'équipe du restaurant universitaire Le Maret
Mediateur - Xavier Douroux
Soutien - CROUS de l'Université de Dijon, Fondation de France
Dijon, Bourgogne, France, 1992

Pour le personnel du restaurant Maret de l'université de Bourgogne, à Dijon, l'art semblait un domaine inatteignable, réservé à une élite. Sans moyen financier, sans bagage culturel, comment envisager de côtoyer un jour la création contemporaine. Pourtant, en exprimant leur désir de valoriser une identité et de créer des modes d'échanges sociaux, c'est bien une des valeurs d'usage de l'art qu'ils évoquaient. D'autres surent leur en faire prendre conscience et les aider à trouver les moyens d'accéder à la réalisation de leur désir. Exister pour les autres s'imposait véritablement. Sensibilisée à leur vécu et à leur demande, l'université de Bourgogne proposa au personnel du restaurant de financer en partie une commande artistique.

Dans la série des dix portraits réalisée pour le restaurant Maret, on retrouve cette modalité perceptive de la figure humaine entre prégnance et évanescence qui caractérise son art. Ces peintures, d'un format de 180 x 220 cm, accrochées sur le mur les unes à côté des autres, surplombent désormais la salle à manger du restaurant. L'installation vaut pour monument d'une histoire alliant l'individuel au collectif. Pour Pei-Ming aussi, la commande aura été déterminante. En effet, s'il réalisait avant celle-ci ses tableaux à partir de reproductions, la nécessité de se confronter au modèle vivant s'est alors imposé à lui. Apparaît ainsi dans sa création une conception inédite du portrait faisant exister en dialectique identification et anonymat. Auparavant en effet, les seules peintures réalisées par Pei-Ming permettant de nommer le sujet représenté résultaient d'une commande officielle bien spécifique, car vouée à célébrer Mao. Depuis la commande destinée au restaurant Maret, Pei-Ming a maintenu dans sa pratique cette nouvelle approche du portrait. Alors qu'il travaillait habituellement d'après des chromos il a découvert, dit-il, que peindre d'après modèle vivant était « Une violence fondatrice ». Se faire tirer le portrait, ce peut être aussi assez violent.

Yan Pei-Ming

Le médiateur leur proposa de faire appel au peintre Yan Pei-Ming, artiste français d'origine chinoise. Vivant et travaillant à Dijon depuis 1984, Pei-Ming, alors qu'il était encore étudiant à l'Ecole Nationale d'Art de la ville, avait en effet fréquenté le restaurant universitaire et connaissait déjà certains membres du personnel. Il souhaita réaliser le portrait de plusieurs d'entre eux. Parmi les commanditaires, dix se proposèrent. Depuis le milieu des années quatre-vingt, Pei-Ming concentre son projet artistique sur le portrait, un genre qu'il aborde par séries. Vus souvent de face, les visages dans ses peintures traduisent une identité difficilement saisissable, entre présence et absence. Réalisés en noir et blanc, presque toujours de grand format, d'une matière dense et d'une facture énergique, ses tableaux détiennent une forte présence tout en existant sous un mode austère. Il n'est pas indifférent de noter que, enfant, pendant la révolution culturelle chinoise, Pei-Ming a peint pour la propagande de nombreux tableaux de Mao Zedong.